catastrophes naturelles

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

catastrophes naturelles

Message par mini le Dim 16 Aoû - 10:33

26 décembre 2004 TSUNAMI


il était 7 heures 58 minutes et 50 secondes précisément ce matin-là lorsque les aiguilles des appareils sismologiques du bureau de géophysique de Djakarta en Indonésie s'agitent ; elles annoncent un tremblement de terre alors estimé à 6,4 sur l'échelle de Richter.

A 260km de là, au large de l'île indonésienne de Sumatra, les eaux commencent à s'agiter. Ce tremblement de terre se révèle être d'une intensité rare : 9.0 sur l'échelle ouverte de Richter, l'un des plus violents séismes jamais enregistrés au monde. Il s'active à 160 kilomètres de la terre la plus proche, sur la plaque tectonique indienne et la microplaque Andaman, à 30 mètres de fond. Il va bientôt créer une vague énorme et meurtrière, un raz-de-marée. C'est ce que les Japonais appellent un Tsunami.

A 8h 38 (heure locale), quarante minutes après le séisme, la première vague haute de quinze mètre s'abat sur la désormais tristement célèbre province d'Aceh, en Indonésie et simultanément sur les Îles Nicobar (Inde).

20 minutes plus tard, le raz-de-marée atteint les îles de la mer d'Andaman et du Golfe du Bengale, le Sud de la Malaisie et de l'île de Sumatra.

45 minutes s'écoulent avant que ce mur d'eau d'une dizaine de mètres s'abatte sur la Thaïlande, la Birmanie l'Inde et le Sri Lanka… A ce moment-là, près de deux heures se sont écoulées depuis le tremblement de terre détecté au large de Sumatra.

45 autres minutes défilent avant que la vague n'atteigne le Bangladesh, et Singapour.

Près d'une demi-heure plus tard, le tsunami inonde Malé, la capitale des îles Maldives.

5 heures après, la vague déferle toujours et touche l'île Rodrigues, l'île Maurice, les Seychelles et la Réunion. Trois heures encore et le tsunami s'essouffle et termine sa course meurtrière à 5000km de l'épicentre du séisme, en Afrique sur les côtes somaliennes et tanzaniennes.

Cette énergie extrêmement puissante aurait définitivement modifié le visage de la Planète Terre, déplaçant la faille sismique d'une dizaine de mètres vers le sud-ouest. Les premières observations indiquent d'importants déplacements de certains reliefs, dans la région touchée. Les cartes géographiques devront être réétudiées. L'impact aurait aussi eu des conséquences infimes sur les pôles géographiques. Ce conséquent déplacement de masse au centre de la planète aurait ainsi écourté nos journées de trois microsecondes selon un géophysicien de la NASA.

De nombreuses répliques furent enregistrées les jours et les mois suivants, plongeant la population dans l'angoisse ; courant se réfugier dans la montagne dès la moindre rumeur pour les plus courageux qui avaient osé réintégrer les côtes. Une quarantaine de répliques dépassèrent la magnitude de 6. En mars 2005, un séisme de 8.7 a même été enregistré au large de l'île indonésienne de Nias. Aujourd'hui encore, l'activité sismique est inquiétante dans la région et attentivement surveillée par les spécialistes.

Longtemps, les estimations du nombre des victimes de la catastrophe furent hésitantes avant de se stabiliser dans toute leur horreur. Entre 216'858 (selon les autorités des gouvernements des pays concernés) et 223'492 (selon les Nations-Unies) personnes perdirent la vie ce matin-là et beaucoup de familles durent se résigner à ne jamais retrouver le corps de leur proche, emporté au large de la mer d'Andaman.

L'Indonésie, la terre la plus proche de l'épicentre, paie le plus lourd tribut, avec plus de 128'800 morts.

Le Sri Lanka déplore 31'000 victime. L'Inde plus de 12'400. La Thaïlande 5399 dont 2245 touristes étrangers. La Somalie, à 5000km de l'épicentre pourtant, près de 300 morts, essentiellement des pêcheurs en mer. Les Maldives, plus de 80 victimes. La Malaisie, plus de 60. La Tanzanie, 10. Les Seychelles, 3. Le Bangladesh 2. Le Kenya, 1.

Le bilan encore provisoire des victimes étrangères (touristes pour la plupart) fait état de plus de 3'040 victimes vivant dans plus de quarante pays différents, européens, asiatique et américains. 1870 corps ont été identifiés. L'Allemagne déplore le plus grand nombre de ressortissants touchés, plus de 480. La Suède, 461. La Grande-Bretagne, 135. La Finlande, 107. La France, 95, la Suisse, 87.

Sitôt les macabres décomptes effectués, les premières accusations se font entendre. Ce raz-de-marée aurait pu être prévu. La vague gigantesque a mis quarante longues minutes pour atteindre et dévaster les premiers pays côtiers, presque deux heures pour dévaster les îles de Thaïlande et du Sri Lanka. Mais sans système de surveillance et d'alerte efficaces, personne ne pouvait l'anticiper et fuir. Des témoins racontent même s'être approchés de la plage par curiosité pour observer l'étrange phénomène de la mer qui se retire massivement et rapidement, signe pourtant annonciateur du raz-de-marée à venir. Personne ne les a avertis.

C'est un drame saisissant au lendemain de Noël, sur fond de carte postale, entre les palmiers et le sable fin. Une catastrophe à des milliers de kilomètres de son chez soi qui est ressenti comme un traumatisme international, chacun s'identifiant à ses touristes occidentaux arrachés à la vie en pleines vacances. Le public est inondé d'images amateurs tournées par un peu tout le monde, de sa chambre d'hôtel ou de la terrasse du restaurant. Durant plusieurs semaines, les journaux télévisés du monde entier se focalisent uniquement sur le Tsunami le plus meurtrier de l'histoire.



============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Lun 17 Aoû - 5:48

Pinaise ca a vraiment fait mal... Bonne idée de Post Mini king

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Lun 17 Aoû - 7:31

j'ai été impressionner par le nombre de victimes , on fais tout un plat de certaines choses attentats par exemples mais ils sont très loin du compte de ce que cette catastrophe a pu entrainer ( et je ne pense pas qu'ils comptent les morts suite au tsunami, par maladie par ex)

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Lun 17 Aoû - 10:39

Non en effet d'ailleurs faisaons appele a notre mémoire! Les médias pleuraient plus les vacanciers européens et surtout francais qui y sont morts, plus que les dizaines de miliers d'autochtones Sad

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Mar 25 Aoû - 23:29

il y a eu aussi d'autres tsunamis meurtriers tout au long de l'histoire


1703 - Japon
En 1703, à Awa, au Japon, les vagues générées par un tsunami font 100 000 victimes.


1883 - Krakatoa

Les 26 et 27 août 1883, l'île de Krakatoa est détruite par de spectaculaires explosions sous-marines. L'explosion du volcan projette des cendres à 80 km de hauteur et est entendue jusqu'en Australie, à 4000 km de là. Les îles voisines sont ensevelies sous 60 mètres de cendres et de débris volcaniques. L'effondrement du volcan déclenche une série de tsunamis. La vague la plus haute, qui atteint 35 mètres, dévaste près de 300 villes et villages côtiers de Java et Sumatra, faisant 36 000 morts.


1946 - Hawaï

Le 1er avril 1946, un violent tremblement de terre est enregistré près de Dutch Harbor, dans les îles Aléoutiennes. Un important tsunami traverse l'océan Pacifique et frappe Hawaï. Honolulu et la baie d'Hilo sont les zones les plus touchées. À Hilo, on compte 95 morts, un mur d'eau de 10 mètres s'étant abattu sur la ville. Le tsunami balayera aussi la côte ouest américaine, mais sans provoquer beaucoup de dommages.


1960 - Chili, Hawaï, Japon et Philippines
Le 22 mai 1960, un séisme de 8,3 à l'échelle de Richter se produit près de la côte chilienne. Un tsunami détruit ou endommage toutes les villes côtières sur une distance de 900 km, faisant 2000 victimes au Chili. Poursuivant son chemin, la vague voyage sur 10 000 km jusqu'à Hawaï. À Hilo, le tsunami fait 61 morts. Vingt-deux heures plus tard, après avoir encore franchi 5000 km, des vagues de 6 à 10 mètres font plus d'une centaine de victimes au Japon et aux Philippines.

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Mar 25 Aoû - 23:38

d'autres source


* Antiquité et Moyen Âge

o environ XVe siècle av. J.-C. Crète : l'éruption du volcan de l'île grecque de Kallistē provoque un tsunami d'une soixantaine de mètres en Crète qui contribue à la disparition de la civilisation minoenne.

o 21 juillet 365 apr. J.-C., séisme et raz-de-marée ressentis dans toute la Méditerranée orientale et notamment à Alexandrie.

o 1570, Chili, 2 000 victimes.


* XVIIe siècle

o 1605, Japon, 5 000 victimes.

o 1611, Japon, 5 000 victimes.

o 1674, Indonésie, 2 500 victimes.

o 1692, Jamaïque, 3 000 victimes.


* XVIIIe siècle


o 1703, Japon, 5 000 victimes.

o 1707, Japon, 30 000 victimes.

o 17 octobre 1737, Kamtchatka et îles Kouriles : un tsunami consécutif au séisme du Kamtchatka atteint 50 m de hauteur au nord des îles Kouriles.

o 1746, Pérou, 4 000 victimes, essentiellement à Lima.

o 1er novembre 1755, Portugal et Madère, 90 000 victimes : un séisme violent à Lisbonne provoque un tsunami et 85 % de la ville est ravagée. La revue américaine Science of Tsunamis Hazards, éditée par la Tsunami Society basée à Hawaii, a cité le cas du capitaine d'un navire britannique mouillant au large de la Barbade, dans les Antilles (à plus de 4 000 km de distance du Portugal), qui nota dans son journal de bord, le 1er novembre 1755, le déferlement d'une vague de plus de trois mètres de haut sur les plages de l'île. D'autres témoignages comparables rapportent les effets du tsunami dans les autres îles des Antilles dans l'après-midi du même jour, le séisme européen ayant eu lieu plusieurs heures auparavant.

o 1766, Japon, 1 500 victimes.

o 1782, Asie du Sud-Est, 40 000 victimes : un tsunami touche l'Asie du Sud-Est, principalement en Chine.

o 1792, Japon, 15 000 victimes.



* XIXe siècle

o 1854, Japon, 3 000 victimes.

o 1868, Chili, 25 000 victimes.

o 27 août 1883, océan Indien, 40 000 victimes : un tsunami associé à l'éruption du Krakatoa est détecté sur la plupart des côtes du globe, avec une élévation du niveau de la mer de 40 mètres près de la zone d'origine.

o 1896, Japon, 25 000 victimes.

o 1899, Indonésie, 3 500 victimes.



* XXe siècle

o 28 décembre 1908, Messine et Calabre, 95 000 victimes, dont 80 000 à Messine sur une population de 140 000 habitants.

o 1923, Japon, 2 000 victimes.

o 18 novembre 1929, Terre-Neuve, 28 victimes, un séisme de magnitude 7,2 à 400 km au sud de Terre-Neuve sur le bord des Grands Bancs provoque un tsunami qui frappe la côte sud de Terre-Neuve avec 3 vagues de 15 mètres de haut

o 1933, Japon, 3 000 victimes.

o 1er avril 1946, océan Pacifique, 2 000 victimes : un séisme de magnitude 8,6 au large de l'Alaska provoque un tsunami qui atteint 30 m en Alaska, 12 m à Hawaii, et touche le Japon ainsi que la côte ouest des États-Unis.

o 9 juillet 1958, Alaska, 2 victimes : un glissement de terrain consécutif à un fort séisme dans la baie de Lituya en Alaska provoque le plus grand tsunami connu - il dévaste la végétation sur l'un des flancs jusqu’à une hauteur de 500 m - mais la géographie de la baie l'empêche de se propager dans l'océan Pacifique.

o 22 mai 1960, Chili et océan Pacifique, 5 000 victimes : un séisme de magnitude 9,5 au Chili provoque un raz-de-marée meurtrier d'une hauteur allant jusqu’à 25 m au Chili, 10 m à Hawaii et 3 m au Japon.

o 27 mars 1964, Ouest des États-Unis, 100 victimes : un séisme de magnitude 9,3 au large de l'Alaska y provoque un tsunami de 15 m, qui touche la Californie où le niveau des eaux s'élève de 6 m.

o 1976, Indonésie, 8 000 victimes dans l'île de Célèbes.

o 1992, Indonésie, 2 200 morts dans l'île de Flores.

o 17 juillet 1998, Papouasie-Nouvelle-Guinée, 2 000 victimes : un séisme de magnitude 7,0 à 20 km des côtes provoque un tsunami local d'une hauteur d'environ 10 m.



* XXIe siècle

o 26 décembre 2004, océan Indien, au moins 285 000 victimes (bilan officiel au 30/01/2005) : un séisme de magnitude 9,1 à 9,3 au large de l'Indonésie provoque un tsunami qui touche les pays d'Asie du Sud (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Inde, Sri Lanka) et dans une moindre mesure les côtes orientales de l'Afrique.

o 17 juillet 2006, 668 morts : un séisme de 7,7 au large de la côte sud de Java provoque un tsunami faisant 668 morts, 287 disparus, 878 blessés et environ 100 000 sinistrés (au 22 juillet). Le système d'alerte mis en place après le tsunami du 26 décembre 2004 s'est révélé déficient.

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par BathroomSinger le Mar 25 Aoû - 23:49

Je complèterai avec cette autre catastrophe naturelle :

6 mai 2007 : France. L'ouragan Nicolas s'abat sur le pays, creusant des trous béants dans les petits budgets, fissurant les espoirs et emportant avec lui 80% des richesses.
avatar
BathroomSinger
Pipelette
Pipelette

Nombre de messages : 377
Age : 53
Humeur : fan de Peter et Sloane (surtout quand on ne les entend pas)
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Mer 26 Aoû - 0:35

BathroomSinger a écrit:Je complèterai avec cette autre catastrophe naturelle :

6 mai 2007 : France. L'ouragan Nicolas s'abat sur le pays, creusant des trous béants dans les petits budgets, fissurant les espoirs et emportant avec lui 80% des richesses.

Le probleme de ce denier c'est la durée ... Un ouragan de dix ans ... Shocked
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Mer 26 Aoû - 1:05

jocolor ouais aucune parade pour le contrer ( par contre on pouvait le prévoir)

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Mer 2 Sep - 4:12

- LE KAMI KAZE OU LE VENT DIVIN JAPONAIS -

L’histoire incroyable de ces typhons providentiels qui, en automne 1274 et 1281, qui sauvèrent à deux reprises, sauvèrent le Japon d'une invasion imminente.


C’est au cours du XIIIe siècle, des hordes de Mongols balayèrent l'Asie et fondèrent un empire qui s'étendait de l'Europe orientale jusqu'en Corée. En 1260, après la chute de la Chine impériale aux mains des barbares, Kubilai Khan, le grand khan des Mongols et petit-fils de Gengis Khan, commence alors à s’intéresser aux îles japonaises. Il avait entendu dire que les îles Japonaises étaient très belles et prospères, mais qu’elle était habitée par une société peu organisée.

De 1263 à 1268, des émissaires sont envoyés au Japon, réclamant la reconnaissance de la souveraineté des Mongols sur le Japon et toutes ses îles. Kubilai Khan ne reçu jamais la capitulation désirée.

Dès 1268, Kubilai Khan commence à rassembler une flotte et en 1274, elle sera fin prête à être lancée dans cette invasion maritime contre les îles du Japon. L’attaque est d’envergure, une flotte de 900 bateaux donne l’assaut dans la baie de Hakata. La puissante infantrie mongole bien entraînée et épaulée par des catapultes et des armes à longue portée, étaient opposés des samouraïs à cheval se battant seuls en combat singulier. Les japonais essuyèrent de nombreuses pertes dès la première journée de combat, et ce conflit pouvait sembler gagner d’avance pour les Mongols.

Cependant, pendant la nuit, une grande tempête accompagnée de grands vents se leva. Les histoires parlent de typhons qui ravagèrent l’armée ennemie et qui causa la mort de plus de 20 000 hommes. Les Mongols durent battrent en retraite, désorganisés après avoir perdu autant d’homme et de bateaux en une seule nuit.

Bien que cette nuit là fut victorieuse pour le japonais, l’affrontement représentait une défaite militaire pour les samouraïs japonais.

Kublai Khan ne se laissa pas décourager pour autant, il revint à la charge en 1281, mais cette fois, fort d'une flotte de 4400 vaisseaux, 100 000 soldats chinois et 50 000 soldats mongols, la majorité provenant de la conquête de la Dynastie Sung de la Chine méridoniale. Les Japonais attaquèrent tout de suite les navires, en les incendiant et en coulant certains.

Cette défense fortifée des japonais obligea la majorité de la flotte à jeter l'ancre près de la côte sud-ouest du Japon, où les envahisseurs ont bataillé pendant six semaines. C'est à cet endroit, près de la minuscule île de Takashima, que le 30 juillet, un grand typhon providentiel balaya pendant deux jours la zone des combats, détruisant la majorité de la flotte. Les bateaux avaient été enchaînés ensemble afin de former une flotille, unissant les ressources militaires de la flotte mais empêchant efficacement toute évasion en eau profonde. Plus de 4000 navires coulèrent et 130 000 hommes, chinois et mongols, périrent.

Suite à cet échec, les mongols n'attaquèrent jamais plus le Japon, avortant une troisième tentative en 1286 au compte de préoccupations fiscales grandissantes exacerbées par leur débandade militaire.


Ces vents divins, qui sauvèrent le Japon d’une défaite imminente à deux reprises, furent nommés Kami Kaze (vents divins) et sont encore vénérés aujourd’hui. À l'exception de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces tentatives d'invasion sont les plus menaçantes que le Japon ait connues en plus de 1 500 ans.

Le nom Kamikaze sera repris par les pilotes japonais de la Seconde Guerre mondiale qui se sacrifièrent pour leur nation en précipitant leurs avions chargés d'explosifs sur les navires ennemis.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

_____________________________________________________________________________________________________________________


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



À l'été 1944, le quartier général impérial, afin de freiner la poussée ennemie, décide de constituer une unité spéciale d'attaque (Tokkōtai), chargée par son sacrifice d'invoquer les Kami pour réitérer le miracle de 1274

Cette unité était composée en majorité d'étudiants convoqués sous les drapeaux (ils avaient été épargnés jusque là, devant constituer l'élite du futur empire). Les soldats décollaient sans parachute, et ne revenaient à leur base qu'en l'absence de navires ennemis. L'appel dans cette unité était à la fois un honneur important et une sentence de mort.

La première apparition officielle des kamikazes a lieu pendant la bataille du golfe de Leyte en octobre 1944. Ces escadrons furent formés par le vice-amiral Takijiro Onishi

Le premier était commandé par le lieutenant Yukio Seki. Les 5 « volontaires » Kamikaze, menés par le Lieutenant Seki pilotaient des A6M5 Modèle 52 « Zero », chaque avion emmenant une bombe de 250 kg. Ils plongèrent délibérément avec leurs appareils sur les navires de l'U.S. Navy dans ce qui est reconnu pour être la première attaque officielle réussie d'un escadron suicide.

L'attaque fut un réel succès puisque quatre des cinq pilotes engagés réussirent à toucher leurs cibles, infligeant ainsi d'importants dommages. Un A6M5, vraisemblablement piloté par le Lieutenant Seki, s'écrasa sur le pont d'envol du porte-avions d'escorte USS St. Lo à 10 h 53. La bombe du Zero explosa sur le hangar de pont bâbord. S'ensuivit un incendie et des explosions secondaires qui, à leur tour, firent sauter des torpilles et la réserve de bombes de l'USS St Lo. Le porte-avions sombra une demi-heure plus tard, 126 de ses hommes ayant été tués. Avant de partir en mission, le Lieutenant Yukio Seki aurait déclaré ceci : « L'avenir du Japon est bien morne s'il est obligé de tuer l'un de ses meilleurs pilotes. Je ne fais pas cette mission pour l'Empereur ou l'Empire… Je la fais car j'en ai reçu l'ordre ! »[4] Environ quarante navires américains et alliés furent coulés de cette façon, et une centaine endommagés.

Les plus grosses attaques ont eu lieu à Okinawa, lors des opérations Kikusui, mettant en jeu plus de 400 avions suicides, ainsi que les premiers Ohka. À Okinawa, les Américains ont perdu 20 navires coulés par des kamikazes (contre 9 par attaques conventionnelles) pour plus de 200 touchés à des degrés divers.

À plusieurs reprises, des avions japonais se sont également jetés en plein vol sur d'autres avions américains, notamment des bombardiers lourds croisés en chemin.

Les kamikazes utilisaient généralement des Mitsubishi Zéro, ou tout autre appareil dépassé. En pratique, toutes sortes d'avions ont été utilisés. Des modèles particulièrement rudimentaires ont même été développés spécialement pour les attaques spéciales, comme le KI-115, particulièrement rustique. On peut aussi citer le remarquable D4Y4, un bombardier en piqué munis de fusées pour améliorer sa vitesse lors du piqué final. Il existait aussi des vedettes rapides (Shinyô), des sous-marins de poche suicides (Kôhyôteki, kôryû et Kairyû) des torpilles humaines monoplaces à turbines appelées Kaiten (回天 départ vers le ciel en japonais) et des bombes suicides (Ohka), mais les résultats furent décevants pour l'amirauté japonaise. Il est cependant à noter que, concernant les vedettes rapides et les Kaiten, tous les pilotes n'étaient pas prêts à mourir. Ces engins étaient en effet équipés de « trappes d'évacuations rapides » censées permettre à ces pilotes d'échapper à la mort. Cependant elles étaient en pratique inutilisables à grande vitesse.

Les japonais ont également utilisé des parachutistes kamikazes, qui la plupart du temps subissaient de lourdes pertes pour des résultats négligeables. On peut néanmoins citer une attaque réussie : celle de l'aérodrome de Yontan. 9 appareils, emportant chacun 14 paras y ont participé. 4 appareils ont été abattus en chemin et 4 autres par la DCA de l'aérodrome. 10 paras ont pu s'échapper du dernier appareil et ce sont précipités vers les avions américains. Ils ont détruit 9 appareils, en endommageant 26 autres, tout en brûlant 265 000 litres de carburant et en tuant 2 marines (plus 18 blessés).

Après la guerre, l'image des kamikazes au Japon devint ambivalente, à la fois celle d'un passé que le pays voulait abandonner et un pilier de la tradition pour les plus conservateurs

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Jeu 3 Sep - 9:21

- L'ÉRUPTION DE LA MONTAGNE PELÉE -

En seulement quelques minutes, la ville de St-Pierre et ses 30 000 habitants furent réduit en cendre

En ce mois de mai 1902, la grande affaire des Pierrotins (les habitants de Saint-Pierre à la Martinique) ce n'est pas le volcan qui surplombe leur ville, mais les prochaines élections. La montagne Pelée, que les habitants du cru appellent tout simplement “la Montagne”, ils vivent avec et depuis toujours.

Ce volcan qui culmine à 1 397 m et s'étend sur une centaine de kilomètres carrés à sa base est l'un des neufs cônes actifs de l'arc des Petites Antilles. Depuis la découverte des Antilles par Christophe Colomb, deux éruptions ont eu lieu : la première en 1792, la seconde en 1851. En 1902, Saint-Pierre est une ville prospère de 30 000 habitants. Dans les colonnes du quotidien local les Colonies, l'élection prévue pour le 11 mai vole la vedette au volcan.
Il faut dire que celui-ci fait des siennes depuis plusieurs années sans causer de dégâts et à fortiori sans tuer personne.

Dès 1889, des fumerolles sont signalées dans l'Etang Sec, le cratère de la montagne Pelée. Au début de 1900, il y a deux fumerolles à fort débit, une demi-douzaine en 1901. A partir de janvier 1902, les débits augmentent. Les villages “sous le vent” comme le Prêcheur sont fortement incommodés par l'odeur d'œufs pourris (H2S) des gaz rabattus. Des petites explosions de vapeurs semblent se produire dès la mi-mars. La première explosion phréatique sûre a lieu le 23 avril au soir. Les premières cendres tombent sur le Prêcheur. Des séismes sont ressentis.

Panaches de cendres et de vapeurs, explosions, chutes de cendres, séismes sont de plus en plus fréquents jusqu'au 2 mai. Dans la nuit suivante, des détonations extrêmement fortes sont entendues. Le panache monte à plus de 4 km d'altitude. Des blocs de rochers sont projetés à plus de 2 km du sommet. Des lueurs impressionnantes zèbrent le panache.

Ces signes avant-coureur inquiétants ne sont pas vraiment pris en compte. Le 3 mai, le gouverneur Moutet nomme une commission. Elle rend son rapport le 7 au soir concluant que l'éruption aura les mêmes conséquences que celle de 1851. “Il n'y a rien dans l'activité de la montagne Pelée qui justifie une évacuation de Saint-Pierre. Les positions relatives des cratères et des vallées s'ouvrant vers la mer autorisent de conclure que la sécurité de Saint-Pierre est pleinement assurée”. Pour donner l'exemple, le gouverneur vient s'y installer. 2 000 personnes quittent tout de même la ville mais 2 000 réfugiés venus de la campagne se substituent à eux.

Le 5 mai, signalée par une forte explosion, la masse de cendres volcaniques formant barrage sur l'échancrure de l'Etang Sec qui domine Saint-Pierre cède. Une énorme masse d'eau presque en ébullition se déverse dans la gorge de la rivière Blanche et se rue vers la côte distante de six kilomètres. Elle balaie au passage la sucrerie Guérin. Le lendemain, l'éruption semble redoubler de violence. Le tonnerre des détonations est désormais perceptible jusqu'à la Guadeloupe distante de 160 km. Le sommet de la montagne Pelée s'enveloppe d'épaisses vapeurs et sans arrêt une pluie de cendres file vers le bas recouvrant tout d'une couche grise d'une trentaine de centimètres d'épaisseur.

Dans la rade de Saint-Pierre, seul le commandant du trois-mâts italien Orsolina prend la mesure du danger et préfère appareiller. “Je ne sais rien de la montagne Pelée, annonce-t-il, mais si le Vésuve se présentait sous l'aspect que revêt votre volcan aujourd'hui, je n'hésiterais pas à quitter Naples”.

Dès le 7 au matin apparaissent des petites nuées et le soir des projections de blocs incandescents. A 145 km au sud de la Martinique, la Soufrière de Saint-Vincent entre ce jour-là en éruption faisant 2 000 victimes. Le dernier numéro des Colonies daté du 7 mai accorde une large place au volcan mais la manchette est consacrée à l'élection du 11.

Le 8 mai 1902, à 7h52 du matin les aiguilles de l'horloge de l'hôpital militaire de Saint-Pierre s'arrêtent. A cet instant précis, la montagne Pelée explose. Il y a trois ou quatre violentes détonations se succédant rapidement puis deux immenses nuages noirs chargés de matériaux volcaniques jaillissent de la montagne. Le premier monte droit dans le ciel avant de se déployer et de finir par masquer si complètement le jour qu'à Fort-de-France on ne voit plus rien à un mètre. Le second reste accroché au flanc du volcan et fond sur Saint-Pierre suivant l'échancrure en V du cratère. Par la suite, la vitesse du souffle précédant la nuée qui détruira Saint-Pierre est estimée à 130 - 150 mètres par seconde soit 500 km à l'heure, la température de l'écoulement étant supérieure à 500°C. Les observations faites sur les cadavres font penser que leur mort est probablement due à l'onde de choc de ce souffle incroyable.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire 30 000 personnes sont anéanties. On ne retrouvera que deux survivants. Dans la rade seize bateaux chavirent et prennent feu. La Montagne Pelée connaîtra une autre éruption moins catastrophique en 1929 - 1932. Depuis, le volcan sommeille mais les volcanologues sont persuadés qu'un jour ou l'autre, il se réveillera à nouveau.


Sauvés par le cachot et par une table

Le bilan de l'éruption du 8 mai 1902 n'a jamais été officiellement arrêté. On estime à environ 28 000 le nombre de morts. La catastrophe n'a laissé que deux survivants. Le premier, Louis Cyparis, a acquis une telle notoriété qu'il a complètement laissé dans l'ombre le second, Léon Compère. Dans l'ouvrage de fond qu'il a consacré à l'éruption, Alfred Lacroix rapporte le récit des deux rescapés qu'il a pu rencontrer au lendemain de la tragédie.

Louis Cyparis, dit Sanson, est un travailleur du Précheur, tantôt marin, tantôt cultivateur. Un jour, il se prend de querelle avec l'un de ses camarades qu'il blesse d'un coup de coutelas. Arrêté, on le condamne pour un mois à la geôle. Il a presque fini son temps lorsqu'on le conduit en ville pour quelques corvées à remplir. Il apprend qu'il y a une fête au Prêcheur. Il s'échappe, mais le lendemain vient se constituer prisonnier. Il écope de huit jours de cachot supplémentaire. C'est alors que l'éruption du 8 mai s'abat sur Saint-Pierre. “Il était 8h, raconte Louis Cyparis. On n'était pas encore venus m'apporter la ration du jour quand tout à coup un bruit formidable se fit entendre. Tout le monde criait au secours, je brûle, je meurs. Au bout de cinq minutes personne ne criait plus, excepté moi, lorsqu'une fumée se précipita avec violence par la petite fenêtre de ma porte. Cette fumée brûlait tellement que pendant un quart d'heure, je sautais à droite, à gauche, en l'air, tout partout pour l'éviter. Après un quart d'heure, c'était un silence affreux. J'écoutais, criant de venir me sauver. Personne ne répondait. Alors tout Saint-Pierre doit être écrasé sous le tremblement de terre, dans du feu“.
Le malheureux va passer quatre jours et trois nuits dans son cachot, sans manger et n'ayant pour boire que l'eau de pluie qui suinte à travers le grillage. Le dimanche 11 mai dans l'après-midi, trois hommes de Morne Rouge passent dans ces parages. Ils entendent les plaintes de Cyparis. Ils arrivent à le délivrer. Le prisonnier porte des brûlures sur tout le corps. Ses habits ne présentent pas de traces de combustion.

”On a prétendu que Cyparis n'était qu'un pillard brûlé postérieurement au 8 mai en fouillant les maisons incendiées, rapporte Alfred Lacroix. “M. Lacourné, président de la cour d'appel de Martinique, m'a donné l'assurance que Cyparis était bien réellement en prison le 7 mai. D'autre part, la prison se trouvait dans le quartier du centre, tout près et au nord du théâtre et adossé au morne Abel. Elle a été détruite le 8 mai, mais le cachot est resté et est encore debout. Cette construction en pierres voûtées se dressait dans une cour, au niveau du sol. Elle ne possédait qu'une seule porte en bois massif, surmontée par une petite fenêtre grillagée et dirigée vers le sud, c'est-à-dire du côté opposé au volcan. Il n'y a rien d'invraisemblable à ce qu'un homme enfermé dans ce petit réduit ait pu survivre car il n'a pas reçu le choc direct de la nuée, la cendre et la vapeur brûlante n'ont pu pénétrer jusqu'à lui que par petites quantités à la fois et sans force mécanique“. Rétabli, gracié, Louis Cyparis devient une des attractions du cirque Barnum. Présenté comme ”le prisonnier de Saint-Pierre“, il raconte son histoire et exhibe ses cicatrices. Il meurt en 1929.

Léon Compère, lui, est cordonnier. Il habite au pied du morne Abel. Sa maison n'a pas de vue directe sur le volcan, protégée qu'elle est par un repli du morne. Le 8 mai à 8h du matin, Compère est devant sa porte regardant la rade lorsque brusquement il ressent un vent violent venant du nord. Les arbres du jardin sont déracinés. Compère n'a que le temps de rentrer chez lui. Il s'aperçoit alors qu'il est brûlé aux mains, au visage et à la jambe gauche. L'obscurité se fait. Une grande quantité de cendres pénètre dans sa chambre et leur chute sur le toit en tôle fait un grand bruit. Compère, terrifié, se réfugie sous une table. Au bout de vingt minutes, l'obscurité cesse et Compère passe dans la chambre voisine puis passe dans la cour avant de se réfugier à nouveau dans sa chambre jusqu'au moment où la maison commence à flamber. Il se sauve alors par le boulevard. Compère se réfugie à Fond Saint-Denis d'où il est transporté à l'hôpital de Fort-de-France.

Cette terrible catastrophe laissa des cicatrices encore visibles de nos jours et plusieurs des ruines de l'île sont devenues des attractions touristiques.

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 9:37

king je connaissais l'évenement mais aps les détails sympa tes histoires parce qu'elle mettes souvent en exergues des histoires individuels de personnages Smile

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Jeu 3 Sep - 10:37

merci Smile

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 22:25

*Ce s'rait pas nous les humains la pire catastrophe naturelle ..... clown *

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 22:55

je pense qu'en dangerosité pure sur la listes des choses les plus nocives pour la terre on est au moins deuxieme derrière une méga cométe qui percuterais la terre Smile

Bizz Poe Wink

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 22:58

MasH a écrit:je pense qu'en dangerosité pure sur la listes des choses les plus nocives pour la terre on est au moins deuxieme derrière une méga cométe qui percuterais la terre Smile

Bizz Poe Wink

Ptin on est même pas premier.....on est vraiment que des burnes! Laughing

Bizz chef.*------>on bisounourse aujourd'hui? Rolling Eyes *

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 23:01

ouais je sais qu'il n' ya que ca pour te faire sortir le fouet rendeer

Laughing

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Jeu 3 Sep - 23:03


============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 23:04

Laughing

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 23:14

mini a écrit:

T'as pas une soupe sur le feu toi????




pirat

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Jeu 3 Sep - 23:18

nan , rien sur le feu , faut ramoner la cheminée avant de mettre une buche




============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 23:21

mini a écrit:nan , rien sur le feu , faut ramoner la cheminée avant de mettre une buche




Rolling Eyes


cyclops


Very Happy

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 23:24

Poemoana a écrit:
mini a écrit:nan , rien sur le feu , faut ramoner la cheminée avant de mettre une buche




Rolling Eyes


cyclops


Very Happy

Je crois qu'on pense la meme chose sur la facon imagée dont mini nous présente un acte somme toutes assez banale a la base et qui en devient quasi torride là


============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 23:27

MasH a écrit:
Poemoana a écrit:
mini a écrit:nan , rien sur le feu , faut ramoner la cheminée avant de mettre une buche




Rolling Eyes


cyclops


Very Happy

Je crois qu'on pense la meme chose sur la facon imagée dont mini nous présente un acte somme toutes assez banale a la base et qui en devient quasi torride là


moi je n'pense pas! Very Happy

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 23:28

Laughing T'agis! ca ramone alors Laughing

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 23:29

Shocked

Chui de + en + zoutrée ici!

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Jeu 3 Sep - 23:29

Shocked mais


mais ........suis une incomprise Question

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Poemoana le Jeu 3 Sep - 23:34

*non j'crois bien qu'on a très bien compris l'concept..... cyclops *

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 45
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par MasH le Jeu 3 Sep - 23:35

mouahahahah Poe en zoutrée et mini en caliméro innocent... Vous vous lancez dans des roles de compositions les filles??? Laughing

pirat

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par mini le Ven 4 Sep - 6:17

on revient aux sources Razz

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: catastrophes naturelles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum