Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Poemoana le Lun 28 Sep - 17:10

Very Happy

*...*

============================================
Well opinions are like assholes,everybody has one...
avatar
Poemoana
Chewbaccaphile
Chewbaccaphile

Nombre de messages : 5224
Age : 46
Humeur : bionique.
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Mick le Lun 28 Sep - 21:40

Poemoana a écrit:Very Happy

*...*

Elle aussi elle n'as pas essayé ... Laughing
avatar
Mick
Expert-Pipelette
Expert-Pipelette

Nombre de messages : 1253
Age : 54
Humeur : Incertaine
Date d'inscription : 21/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Mar 3 Nov - 1:24

l'ours nandi

Histoire

Le nom d'Ours Nandi vient du fait qu'il a été rapporté pour la première fois par la tribu indigène des Nandis. Selon le cryptozoologue Bernard Heuvelmans, son nom de duba viendrait du mot arabe dubb qui signifie Ours ou dubbah qui signifie Hyène. Plusieurs témoins s'entendent en effet à dire qu'il s'agit d'un ours ou d'une hyène.

Bien qu'il n'y ait pas d'ours en Afrique, Hérodote et Pline l'Ancien, dans l'Antiquité, soutiennent la présence de cet animal en Afrique du Nord. En 1668, le docteur O. Dipper affirme, lui, que le Congo a abrité des ours plus grands que ceux d'Europe.

L'ours Nandi est également décrit comme une grande hyène ayant la taille d'un lion. Selon différents témoignages, sa couleur va du rouge brunâtre à une couleur plus foncée. Il s'agit d'un animal nocturne qui s'attaque à l'homme lors de nuits sans lune. Il peut entrer dans un village et y attaquer les indigènes mais surtout les enfants. Les Nandis disent qu'ils en ont déjà tué un en mettant le feu à la hutte où il était entré.

Des colons occidentaux installés au Kenya affirment également avoir vu l'Ours Nandi. Le major Brathwaite et Kenneth Archer l'ont décrit au début du XXe siècle. Ils l'ont aperçu à la brunante et ont crû d'abord qu'il s'agissait d'une lionne mais ils ont vite vu que la description ne cadrait pas. À l'avant, il mesurait de 4 pieds 3 pouces à 4 pieds 6 pouces et son dos était incliné en pente rapide. Le manteau était brun foncé. Sa démarche était dandinante comme celle d'un ours.

Dans les années 1900, le colon blanc Geoffrey déclare aussi l'avoir rencontré. Il dit qu'il mesurait 5 pieds de haut et que sa démarche était celle d'un ours, car il a fui dans une sorte de galop latéral. Il avait le corps très poilu, la couleur foncée, la tête longue et aigüe, de petites oreilles et une queue presqu'inexistante. Il s'agissait, selon lui, d'une sorte d'ours.

En 1919, un autre colon blanc, Cara Buxton, témoigne qu'un ours Nandi lui a tué 17 moutons auxquels il aurait dévoré le cerveau. L'animal a été tué plus tard par des indigènes avec l'aide de lances mais la carcasse n'a jamais été retrouvée.

Les témoignages deviennent plus rares après 1920, surtout de la part des colons blancs occidentaux. Les Africains, eux, continuent toujours à en voir.

Qu'est-ce que c'est ?

Les scientifiques se sont demandés s'il pourrait s'agir d'un ours préhistorique qui aurait survécu. L'ours de l'Atlas est un petit ours brun qui a vécu en Afrique du Nord pendant le Paléolithique. Il s'agit de la seule espèce d'ours connue ayant vécu en Afrique. On n'en a cependant jamais retrouvé de fossiles en Afrique de l'est où sévit l'Ours Nandi. Celui-ci est décrit toutefois comme plus gros. Il pourrait aussi s'agir d'une espèce inconnue d'ours africain mais, encore là, aucun fossile ne prouve cette thèse.

D'autres témoins croient que l'Ours Nandi serait une hyène géante d'une espèce inconnue, ayant survécue à la Préhistoire. Des fossiles prouvent qu'une telle hyène a vécu en Afrique au Pléistocène. Les sceptiques pensent qu'il s'agit de Crocuta crocuta, de la hyène tachetée, mais les colons blancs qui l'ont aperçu à l'époque sont d'accord pour dire qu'il ne s'agissait pas de cette espèce.

D'autres ont émis l'hypothèse qu'il s'agissait d'un chalicothère, espèce préhistorique ressemblant vaguement à une hyène à cause de son dos incliné. En réalité, il s'agit d'un herbivore, apparenté au cheval. Ses griffes servaient à creuser des racines et à se défendre davantage qu'à déchirer ses victimes.

Les Nandis, qui l'ont décrit pour la première fois, témoignent qu'il ressemblait plutôt à un babouin géant. Il s'agit, selon eux, « d'un diable qui rôde par les nuits les plus sombres, cherchant des personnes et plus particulièrement des enfants pour les dévorer. Il est moitié-homme et moitié-singe. La nuit, sa bouche rougeoie comme de la braise ». Le professeur Lou Coleman admet qu'il pourrait s'agir d'un baboin géant, survivant préhistorique. Les babouins sont connus comme étant omnivores mais il est arrivé, dans le passé, que des groupes de babouins s'attaquent aux villages lorsqu'ils manquaient de nourriture.

Tout cela n'est évidemment que spéculation. Si l'Ours Nandi n'est pas un mythe, nous ne saurons pas ce que c'est tant que l'un d'entre eux ne sera pas capturé.



============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par MasH le Mar 3 Nov - 3:28

j'avais jamais entendu parlé de ca Smile merci m'dame Wink

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Mar 3 Nov - 4:49

Smile de rien , j'apprends en même temps Wink

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Mer 18 Nov - 2:32

je sais plus si on l'as évoqué ( et la flemme de remonter le post Very Happy)


le diable de jersey

En 1909, dans l'état du New Jersey. Le "Diable de Jersey" fit beaucoup parler de lui. On croyait que son nid était situé dans une région isolée du Sud-est de l'état, dans les Pine Barrens.




Tout commença le 17 Janvier 1909 quand il fut aperçu dans pas moins de trente villes différentes. Le premier à l'apercevoir fut John McOwen qui entendit des bruits bizarres un matin. Il se leva pour regarder à sa fenêtre et aperçut cette sorte d'aigle de grande envergure qui sautillait sur les rives du canal.

Le témoignage du Policier James Sackville fut identique : une créature ailée qui sautillait comme un oiseau, une tête inquiétante et des cris effrayants. Le policier fit feu mais la créature s'enfuit sans blessure apparente. Un autre témoin, un receveur des postes, se trouva assez proche de la créature pour en faire une bonne description :

"Il avait une tête ressemblant à celle d'un bélier et un long cou. Les ailes étaient longues et minces et les pattes de derrière étaient plus longues que celle de devant. Il poussa un cri lugubre qui me fit frissonner."


Dans les semaines qui suivirent, les apparitions se multiplièrent, des photographes arrivèrent de partout pour tenter de le capturer sur pellicule alors que des chasseurs se lancèrent sur les traces de cette "chose". Après une dernière apparition qui eu lieu le 22 janvier, le diable de Jersey disparut pour de bon et on ne le revit jamais. Quant à son existence, impossible de vérifier vu le manque de preuves.




========================================================================================================

le yowie

Le yowie serait une créature bipède mi-homme mi-singe habitant les montagnes et les forêts des régions reculées d'Australie.
L'origine du mot yowie est mystérieuse :
il pourrait provenir d'une confusion avec une créature de la mythologie des aborigènes d'Australie, nommée justement "yowie" ou "yowie-whowie". Cette créature n'a cependant rien à voir avec un homme sauvage : elle est dépeinte comme un monstre étrange, hybride entre le lézard et la fourmi, avec deux yeux rouges de chaque côté de la tête et de longs crocs. Elle vivrait dans le sol durant la journée, et sortirait de sa tanière pendant la nuit pour dévorer les humains et les animaux ;
une autre origine possible de ce nom est que celui-ci est une déformation de yahoo, terme désignant les hommes sauvages décrits par Jonathan Swift dans son livre "Les Voyages de Gulliver" ;
enfin, une dernière possibilité est que ce mot dérive d'un terme argotique anglais désignant l'orang-outan.

La première mention du yowie se trouve dans le livre Hillendania de l'écrivain australien Donald Friend, qui le décrit comme un type particulier de bunyip? (monstre de la mythologie des aborigènes).
Les contes et les légendes aborigènes font souvent état d'hommes sauvages similaires au yowie, particulièrement celles des régions de l'Est de l'Australie (le Queensland et la Nouvelle-Galles du Sud). A partir du XIXème siècle et alors que les colons européens s'installaient plus profondément à l'intérieur du pays, les témoignages se multiplièrent.
Plus récemment, on attribué au yowie la mort ou la mutilation d'animaux de compagnie, cependant elles sont plus probablement le fruit d'animaux sauvages australiens comme les dingos.

Les témoignages et le folklore aborigène décrivent le plus souvent le yowie comme un homme de très grande taille, bipède, avec de longs cheveux et le corps entièrement recouvert de poils noirs. Certains détails peuvent varier suivant la source : le yowie est ainsi parfois décrit intégralement blanc, ou possédant de longues canines lui sortant de la bouche.
Les témoins occidentaux le comparent souvent à un gorille, tandis que les aborigènes font davantage état "d'hommes sauvages", ce qui est logique dans la mesure où il n'existe pas de singes en Australie.

Comme pour la plupart des cryptides hominoïdes existant de par le monde, il n'existe aucune preuve directe de l'existence du yowie. Les cryptozoologues ne peuvent se baser que sur les témoignages, et quelques rares empreintes et photographies dont l'authenticité est très critiquée.
Le yowie a été rendu célèbre par Rex Gilroy, un cryptozoologue autoproclamé qui prétend avoir récolté plus de 3000 témoignages et pense que le cryptide représente une survivance d'une espèce aujourd'hui éteinte de singe ou d'hominidé préhistorique. C'est également Gilroy qui a répandu le nom "yowie" auprès du grand public.





========================================================================================================

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par MasH le Mer 18 Nov - 5:52

Bizarrement la première photo est une des plus curieuse que j'ai jamais vu!

Je l'ai déjà vu souvent et chaque fois cette même impression qu'elle n'a rien de truqué et je ne saurais pas dire pourquoi!
Mais quoi que ce soit c'est space et c'est si un fake bravo au monteur!

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Mer 18 Nov - 20:54

oui on dirais les espèces de gargouilles , n'empeche que je ne sait pas quel niveau de réalisme je dois accorder a tout cela , mais bon , j'aime a croire que tout n'est pas totalement faux, peut etre amplifier oui mais tant pis , il nous reste encore ça que personne ne pourra nous prendre, notre imaginaire Smile

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par MasH le Jeu 19 Nov - 1:25

Oui en plus la faune est pas a l'abri de ce qui arrive a certains humains naitre avec des particularités inhabituelles !

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Sam 21 Nov - 1:23

Arbre mangeur d'hommes de Madagascar

Arbre malgache supposé se nourrir de grands animaux, y compris d'êtres humains, en réalité une pure invention occidentale


Le récit

La légende de l'arbre mangeur d'homme de Madagascar trouve son origine dans le récit que l'explorateur allemand Carl Liche fit dans le South Australian Register en 1881, décrivant un sacrifice humain auquel il aurait assisté en 1878 dans les profondeurs d'une jungle malgache.
En compagnie d'un certain Hendrick, il aurait été guidé par des membre de la tribu des troglodytes « Mkodo » jusqu'à un arbre bien précis, se présentant sous la forme d'une sorte d'ananas de deux mètres et demi.
À son sommet, huit feuilles ressemblant à celles d'agaves longues de trois mètres et demi chacune et hérissées d'épines crochetées entoureraient une cuvette remplie de d'un liquide mielleux. Il serait également couronné de longues vrilles vertes et d'un ensemble de tentacules, "constamment et vigoureusement en mouvement, avec [...] des pulsations subtiles, sinueuse et silencieuses".




Les Mkodos auraient ensuite menacé l'une des leurs avec leurs lances pour la forcer à escalader le tronc de l'arbre et à boire avec réticence un peu du liquide contenu à son sommet. Selon Liche,
« L'horrible arbre cannibale, qui était jusque-là inerte et mort, revint soudain à la vie. Les vrilles minces et délicates, avec la fureur de serpents affamés, frémirent un instant au-dessus de sa tête puis, comme s'ils étaient animés par une intelligence démoniaque, s'attachèrent autour d'elle en s'embobinant autour de son cou et de ses bras; puis, tandis que les cris affreux de la femme et son rire plus horrible encore retentissaient pour être immédiatement étranglés en gémissement gargouillant, les vrilles s'élevèrent les unes après les autres comme de grands serpents verts, avec une énergie brutale et une rapidité infernale, puis se rétractèrent, et s'enroulèrent autour d'elles, se resserrant toujours avec la célérité cruelle et la ténacité sauvage des anacondas s'accrochant à leur proie. »
Liche et Hendriks auraient assisté à la scène sans réagir tandis que la femme se faisait dévorer par l'arbre :
« [...] les grandes feuilles s'élevèrent lentement et avec raideur, comme les armatures d'un derrick, se dressèrent dans l'air, s'approchèrent l'une de l'autre et écrasèrent la victime morte et entravée avec la force silencieuse d'une presse hydraulique et l'absence de pitié d'un instrument de torture. »
Les Mkodos auraient ensuite fêté ce massacre.





Le récit de Carl Liche a également été présenté par un certain Benedict-Henry Revoil dans le livre « Souvenir de Madagascar, l’arbre anthropophage ». Dans cette version, il est de plus fait mention que les indigènes boivent la coulée liquide et visqueuse jaillissant de l'arbre après son repas.
Le récit de Carl Liche a également inspiré par la suite Chase Osborn, ancien gouverneur du Michigan, qui écrivit en 1924 un livre intitulé Madagascar, Land of the Man-eating Tree dans lequel il assura que des missionnaires avaient confirmé l'existence de l'arbre mangeur d'hommes.


Une invention de bout en bout

L'auteur scientifique Willy Ley a montré dans les années 1950 que l'histoire était une invention du début à la fin : Carl Liche n'a jamais existé, pas plus que les Mkodos ; et il n'y a en réalité pas de montagne dans la partie de Madagascar dans laquelle ils sont supposés vivre. Le récit attribué à Carl Liche est aujourd'hui parfois perçu comme une forme de propagande raciste, visant à présenter les populations indigènes de Madagascar comme des hommes des cavernes sauvages et anthropophages.
L'existence d'un arbre carnivore tel que l'arbre mangeur d'hommes de Madagascar est en outre très improbable d'un point de vue botanique.
Ainsi, seules quelques plantes carnivores de petite taille (dont la célèbre Dionée, ou «attrape-mouche de Vénus») ont adopté des pièges dotés de mouvements, permettant d'attraper leur proie de façon active.
Les plantes carnivores de grande taille sont immobiles et préfèrent attraper passivement leur proie ; en effet pour des raisons purement mécaniques (les mouvements sont provoqués par des variations de pression osmotique au sein des cellules, provoquant leur contraction/élongation), réaliser des mouvements aussi rapides et complexes que ceux attribués à l'arbre mangeur d'hommes est impossible à grande échelle -et cela nécessiterait de toute façon beaucoup trop d'énergie pour être réellement rentable.
De plus, l'arbre mangeur d'hommes de Madagascar devrait sécréter une quantité énorme de sucs digestifs pour arriver à assimiler une proie aussi grosse qu'un être humain -et la digestion prendrait vraisemblablement un temps conséquent.

Malgré cela, la légende de l'arbre mangeur d'hommes de Madagascar circule encore et est parfois présentée comme authentique, ce qui ferait de cette plante un sujet relevant de la cryptobotanique.


============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Mick le Sam 21 Nov - 2:55

Le Troll


Le terme troll provient de l’expression trolling ou pêche à la traîne qui est une ligne munie d’hameçons (à ne pas confondre avec trawling qui est la pêche au chalut, un grand filet en forme d’entonnoir), les remarques polémiques constituant un troll étant considérées, métaphoriquement, comme des appâts destinés aux contributeurs qu’on veut hameçonner. Les personnes se rendant coupables de trolling ont été appelées, progressivement, des Trolls, en allusion aux monstres de la mythologie nordique ; par ailleurs, dans le jeu Donjons et Dragons, les trolls ont une capacité de régénération, les membres découpés repoussent en quelques heures, la comparaison avec les fils de discussion qui se multiplient est d’autant plus judicieuse.

Toutefois, l'analyste des nouveaux médias Paul Carr pense que l'expression « troll » est encore trop flatteuse, parce que le troll est une créature puissante. Il propose donc l'expression « Unter-Troll » (sous-troll) pour qualifier les fâcheux du web[2].







Autre type de Trolls

Les objectifs d’un troll peuvent être multiples et variés, allant du simple jeu à la volonté d’imposer ses idées, d’amusement pur et simple, ou même à la tentative de détruire l’intérêt d’un forum, ou d’une discussion visée par ses actions, par censure…

On distingue en général deux catégories intentionnelles, le troll bénin et le troll malin.

Le troll bénin
Dit aussi « troll newbie », « troll bête »,« floodeur », « kevin »… Désigne simplement un internaute immature dont la conversation, généralement envahissante, n'est ni très pertinente ni très polie et engendre de nombreuses discussions inutiles. Il existe également un parallèle fort avec l'emploi à outrance du langage SMS, si ce n'est simplement d'une orthographe déplorable.

Le troll malin

Désigne un internaute qui cherche volontairement à saboter les procédés de communication. Il comprend en général très bien le fonctionnement d'internet et sait qu'il est très facile de s'en servir pour manipuler ou mentir.

Il considère souvent l'espace de discussion sans autre intérêt que celui que peut représenter un jeu de rôle. Le but recherché est alors de faire vivre un personnage imaginaire, de gagner de la considération ou du respect en s'attribuant de fausses compétences ou en marquant des points sur d'autres intervenants arbitrairement considérés comme des adversaires pour le déroulement du « jeu ». L'état d'esprit est proche de celui d'un jeu de rôle. La capacité de régénération agit de la même façon que chez le troll mythique. Certains intervenants ont deux ou plusieurs personnages virtuels afin de se renforcer les uns les autres ou soutenir le personnage principal. Lorsque le personnage principal et ses intentions sont mis en évidence, et qu'il est banni par les modérateurs ou en perte de prestige, un autre personnage vient se substituer au « mort », tout ça sous les ficelles d'un seul et même internaute.

Outre le fait de se défouler et de flatter son égo, le troll malin sert parfois des objectifs précis tel le marketing, l'intégrisme ou la propagande extrémiste.



Ca doit en parler quelques uns.... cyclops
avatar
Mick
Expert-Pipelette
Expert-Pipelette

Nombre de messages : 1253
Age : 54
Humeur : Incertaine
Date d'inscription : 21/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Dim 29 Nov - 22:05

Créature de l'U-28


Créature aquatique inconnue de très grande taille aperçue par l’équipage d’un sous-marin allemand en 1915

Le 30 Juillet 1915, la première guerre mondiale sévit sur terre, sur mer et dans les airs. Ce jour-là, le sous-marin allemand Unterseeboot-28 navigue dans l’Atlantique nord, non loin des côtes irlandaises (ou françaises selon les sources). Là, ordre lui est donné de torpiller un steamer britannique du nom d’Iberian, qui contenait une cargaison précieuse pour les alliés. La manœuvre est effectuée et le navire ennemi sombre très rapidement ; aussitôt le sous-marin fait surface, et plusieurs personnes montent à la tourelle pour observer le naufrage : le commandant du bâtiment, Georg Gunther Freiherr von Forstner, le chef ingénieur, le navigateur et le timonier.
Le navire coulé explose sous l’eau, projetant des débris en l’air, quand soudain une énorme créature marine apparaît aux yeux stupéfaits de l’équipage allemand. Le rapport du commandant von Forstner fait mention de l’incident en ces termes :

«Le 30 Juillet 1915, notre U-28 a torpillé le steamer anglais « Iberian », qui convoyait un chargement de valeur dans l’Atlantique Nord. Le steamer a coulé si vite que sa proue s’est dressée à la verticale. Quelques instants plus tard, la coque de l’ « Iberian » disparut. L’épave a ensuite sombré sous les eaux pendant environ vingt-cinq secondes, ce qui rendit sa profondeur difficile à évaluer. D’un seul coup, il y eut une violente explosion qui projeta des débris – et parmi eux un énorme animal aquatique – hors de l’eau jusqu’à une hauteur d’environ vingt-cinq mètres.
«À cet instant j’avais avec moi au centre de commande six de mes officiers du quart, dont le chef-ingénieur, le navigateur et le timonier. Simultanément, nous avons tous voué toute notre attention à cette merveille des océans qui se débattait et luttait au milieu des débris. Nous avons été incapables d’identifier la créature, mais nous sommes tous tombés d’accord sur le fait qu’elle ressemblait à un crocodile aquatique, qui mesurait environ dix-huit mètres de long, avec quatre membres ressemblant à des pattes palmées, une longue queue pointue et une tête conique se terminant en pointe. Malheureusement, n’avons pas eu le temps de prendre une photographie ; car l’animal disparut de notre vue après dix ou quinze secondes. »





On peut remarquer que les différents points de la descriptions faite par l'équipage du sous-marin (nageoires, tête longue et se finissant en pointe, longue queue, taille...) correspond au Mosasaure, un reptile marin du crétacé qui a disparu de nos mers il y a des dizaines de millions d'années.
Certaines personnes ont crié au canular, d’autres ont argué qu’il serait farfelu pour des marins militaires d’inventer une histoire pareille en temps de guerre, d’autant plus que l’histoire n’a pas été utilisée pour prétexter un échec, le torpillage de l’ « Iberian » ayant été un succès. Le mystère demeure donc complet quant à cet incident.

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Mick le Lun 30 Nov - 1:45

On va dire qu'ils ont bien arrosé leur victoire au schnaps .... Very Happy
avatar
Mick
Expert-Pipelette
Expert-Pipelette

Nombre de messages : 1253
Age : 54
Humeur : Incertaine
Date d'inscription : 21/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Mar 9 Fév - 6:43

Smile

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Jeu 13 Mai - 21:39

OLGOÏ - KHORKHOÏ

Le ver de la mort du désert de Gobi


L' Olgoï-Khorkhoï, ( prononcez "olgoïroroï ), le "ver intestin" du désert de Gobi, est un gros animal sans yeux,
sans bouche, qui se déplace en rampant et est parfois venimeux selon les nomades de Mongolie...


Le premier rapport connu au sujet de cette créature énigmatique, nous vient du paléontologue américain Roy Chapman Andrews, qui effectua une mission au Gobi en 1922-1923. L'animal serait également connu au Kazakhstan tout proche.

L'essentiel de nos connaissances sur l'Olgoï-Khorkhoï nous vient d'un chercheur tchèque, Ivan Mackerle, qui a publié plusieurs articles sur le "ver" maléfique du désert de Gobi. Les bergers du désert de Gobi refusent d'en parler. Ils craignent que la seule prononciation de son nom puisse amener le mauvais sort sur eux.


Selon les rares nomades du désert à bien vouloir s'exprimer sur le sujet, le ver tueur ressemble beaucoup à un intestin de vache, d'où son nom de "ver intestin". Il a une couleur rouge sombre, comme du sang ou du salami, et il est difficile de différencier sa tête de sa queue car il n'a ni yeux, ni narines, ni bouche visibles. La créature se déplaçe également de façon étrange , soit elle roule, soit elle se tortille latéralement, balayant son chemin. Elle aime la couleur jaune.

On dit aussi qu'il se déplace sous le sable et que quand il veut tuer quelqu'un, il sort la moitié de son corps hors du sable. Quand il commence à gonfler, la bulle à son extrémité grandit et à la fin le poison en jaillit. Tout ce qui entre en contact avec cette substance, même le métal, semble avoir été corrodé par quelque acide et jaunit immédiatement.





Cependant selon la légende, le poison perd de sa puissance en été, à partir de la fin juin, de sorte que rencontrer ce ver dangereux à cette époque ne se termine pas toujours par la mort. Yanjindgin Mahgaljav, de Dalandzadgad, raconta que dans les années 60, il avait vu le "ver" tuer un troupeau entier de chameaux au sud de Noyon. Tous les rares informateurs étaient unanimes sur un point : si on lui assenait un violent coup de bâton en plein dos, comme l'a vu faire par son père l'un de nos témoins, il éclatait, ne laissant pour tout vestige de son existence qu'une grande tache de graisse s'étalant sur plus d'un mètre de diamètre.

En 1958, Ivan Efrémov rapporta dans son livre Doroga vetrov ( La route des vents ) les légendes que lui avait racontées Tseven, un vieillard de Dalandzadgad, qu'il avait rencontré lors de son expédition au Gobi, à la recherche de fossiles du crétacé supérieur. Les compagnons d'Efrémov finirent par amener la discussion avec le vieux Mongol sur l'animal énigmatique : Une tradition, depuis longtemps répandue chez les habitants du Gobi, parle d'un grand et gros ver (olgoï - gros boyau, khorkhoï - ver de terre), de plus d'un demi-mètre de long, vivant dans d'inaccessibles endroits sablonneux du désert de Gobi. Les récits sur cet animal sont concordants. L'Olgoï-Khorkhoï est connu comme une créature vraiment terrible, douée d'un pouvoir meurtrier incompréhensible, capable de frapper à mort l'homme qui l'effleure.


Aucun savant-chercheur n'a jamais vu le ver extraordinaire, mais sa légende est tellement répandue et toujours tellement identique, qu'on est obligé de penser qu'il existe effectivement, pour fonder cette légende, un animal extrêmement rare, en voie d'extinction, sans doute rescapé des temps anciens, se maintenant de nos jours dans les coins les plus déserts de l'Asie Centrale. Ivan Efrémov a utilisé la légende de l'Olgoï-Khorkhoï dans l'un de ces récits fantastiques.
Andrews, le chef de l'expédition américaine, a lui aussi entendu parler de l'Olgoï-Khorkhoï. Le vieillard Tseven lui raconta aussi que dans la région de "Quatre Ourtons" à environ 130 Km au sud-est de l'aïmak ( district rural ) il existe un lieu, le " Khaldzan dzakhé " ( la région chauve ) où l'Olgoï-Khorkhoï vit dans les dunes de sable. Mais on ne peut le voir qu'à la pleine chaleur, en juin-juillet, plus tard il s'enfonce dans la terre et dort.



L'essentiel de nos connaissances sur l'Olgoï-Khorkhoï nous vient d'un chercheur tchèque, Ivan Mackerle, qui a publié plusieurs articles sur le "ver" maléfique du désert de Gobi. Les bergers du désert de Gobi refusent d'en parler. Ils craignent que la seule prononciation de son nom puisse amener le mauvais sort sur eux.




Selon les rares nomades du désert à bien vouloir s'exprimer sur le sujet, le ver tueur ressemble beaucoup à un intestin de vache, d'où son nom de "ver intestin". Il a une couleur rouge sombre, comme du sang ou du salami, et il est difficile de différencier sa tête de sa queue car il n'a ni yeux, ni narines, ni bouche visibles. La créature se déplaçe également de façon étrange , soit elle roule, soit elle se tortille latéralement, balayant son chemin. Elle aime la couleur jaune.

On dit aussi qu'il se déplace sous le sable et que quand il veut tuer quelqu'un, il sort la moitié de son corps hors du sable. Quand il commence à gonfler, la bulle à son extrémité grandit et à la fin le poison en jaillit. Tout ce qui entre en contact avec cette substance, même le métal, semble avoir été corrodé par quelque acide et jaunit immédiatement.


Cependant selon la légende, le poison perd de sa puissance en été, à partir de la fin juin, de sorte que rencontrer ce ver dangereux à cette époque ne se termine pas toujours par la mort. Yanjindgin Mahgaljav, de Dalandzadgad, raconta que dans les années 60, il avait vu le "ver" tuer un troupeau entier de chameaux au sud de Noyon. Tous les rares informateurs étaient unanimes sur un point : si on lui assenait un violent coup de bâton en plein dos, comme l'a vu faire par son père l'un de nos témoins, il éclatait, ne laissant pour tout vestige de son existence qu'une grande tache de graisse s'étalant sur plus d'un mètre de diamètre.

En 1958, Ivan Efrémov rapporta dans son livre Doroga vetrov ( La route des vents ) les légendes que lui avait racontées Tseven, un vieillard de Dalandzadgad, qu'il avait rencontré lors de son expédition au Gobi, à la recherche de fossiles du crétacé supérieur. Les compagnons d'Efrémov finirent par amener la discussion avec le vieux Mongol sur l'animal énigmatique : Une tradition, depuis longtemps répandue chez les habitants du Gobi, parle d'un grand et gros ver (olgoï - gros boyau, khorkhoï - ver de terre), de plus d'un demi-mètre de long, vivant dans d'inaccessibles endroits sablonneux du désert de Gobi. Les récits sur cet animal sont concordants. L'Olgoï-Khorkhoï est connu comme une créature vraiment terrible, douée d'un pouvoir meurtrier incompréhensible, capable de frapper à mort l'homme qui l'effleure.


Aucun savant-chercheur n'a jamais vu le ver extraordinaire, mais sa légende est tellement répandue et toujours tellement identique, qu'on est obligé de penser qu'il existe effectivement, pour fonder cette légende, un animal extrêmement rare, en voie d'extinction, sans doute rescapé des temps anciens, se maintenant de nos jours dans les coins les plus déserts de l'Asie Centrale. Ivan Efrémov a utilisé la légende de l'Olgoï-Khorkhoï dans l'un de ces récits fantastiques.
Andrews, le chef de l'expédition américaine, a lui aussi entendu parler de l'Olgoï-Khorkhoï. Le vieillard Tseven lui raconta aussi que dans la région de "Quatre Ourtons" à environ 130 Km au sud-est de l'aïmak ( district rural ) il existe un lieu, le " Khaldzan dzakhé " ( la région chauve ) où l'Olgoï-Khorkhoï vit dans les dunes de sable. Mais on ne peut le voir qu'à la pleine chaleur, en juin-juillet, plus tard il s'enfonce dans la terre et dort.




L'Olgoï-Khorkhoï est de toute évidence un vertébré terrestre. Avec sa peau nue, il est peu probable qu'il s'agisse d'un mammifère, dont la plupart des espèces fouisseuses sont en effet couvertes de poils, un mammifère apode, ça ne court pas les rues (l'absence des quatre membres étant inconnue chez les mammifères).

L'aspect serpentiforme de la créature, ainsi que son venin supposé, auraient tendance à nous orienter vers les serpents, mais ce serait sans doute à tort : le fait que la tête soit indistincte, s'inscrit en faux contre cette hypothèse. Il est à noter que les Mongols n'ont jamais comparé l'animal à un serpent, alors que les serpents abondent dans la région. Ils n'auraient pas manqué également de signaler la langue bifide. Par contre, il existe en effet d'autres reptiles dont l'allure rappelle irrésistiblement celle, vermiforme, de notre protégé : ce sont dans une certaine mesure les anguidés (orvets), mais bien plus encore les amphisbéniens (amphisbènes).

En 1993, un groupe de paléontologues comprenant notamment Xiao-Chun Wu, Donald B. Brinkman et Anthony P. Russell ont décrit sous le nom de Sineoamphisbaena hexatabularis un amphisbénien indiscutable, au squelette crânien et postcrânien bien préservé, découvert dans un niveau campanien (crétacé) de Bayan Mandahu, en Mongolie Intérieure (le nord de la Chine, près de la frontière avec la république de Mongolie). Il apparaît ainsi que l'origine des amphisbéniens, contrairement à toute attente, se situe en Asie Centrale, et non en Amérique comme on l'a toujours cru ! Voilà qui donne un nouveau crédit à l'hypothèse d'un amphisbénien mongol inconnu. Cependant les amphisbéniens sont inoffensifs, aucune espèce n'a un quelconque pouvoir fatal comme celui attribué au "ver tueur" du Gobi. Mackerle a suggéré que l'association du monstre avec une plante venimeuse pouvait expliquer cette incongruité : peut-être le simple contact des racines de cette plante avec le "ver-intestin" rend celui-ci mortel ? C'est en effet très possible, mais peut-être y a-t-il une autre explication. L'animal pourrait en effet être pourvu d'organes électriques, comme c'est le cas de nombre d'espèces de poissons. L'anguille électrique (Electrophorus electricus) peut produire un champ électrique de plus de 600 volts sous 1 ampère, qui peut déjà choquer sérieusement un être humain ou un gros animal. Pourtant, l'air sec du Gobi est un piètre conducteur, et du reste les animaux électriques sont tous aquatiques.

Il pourrait s'agir d'un phénomène, non pas physiologique, mais purement physique. Un banal phénomène de tribo-électricité, c'est-à-dire la production de charges électriques par frottement. On a pu en effet mettre en évidence que les serpents à sonnettes (crotales), par simple frottement avec un sol sec, sont capables d'atteindre des potentiels de 1000 Volts. Dans les sables arides du Gobi, un reptile fouisseur pourrait sans doute engendrer des potentiels au moins aussi élevés, sinon plus, susceptibles de choquer, voire de tuer, un être humain.

A moins que l'explication ne soit infiniment plus simple. D'abord, les rapports sont fondés sur des "on-dit". Ensuite, ces rapports sont contradictoires : rien de commun entre le venin de l'un, les humeurs corrosives de l'autre, et la loi d'Ohm appliquée à un infortuné géologue. On est donc tout naturellement fondé à envisager la possibilité que ces pouvoirs mortels soient totalement mythiques, d'autant plus que nombre d'animaux inconnus, ou tout simplement rares, sont considérés à tort comme mortels par l'imagination populaire.

Le monstre du Gobi est-il donc un grand amphisbénien inconnu ? C'est en tout cas l'hypothèse probable à la lumière de l'ensemble du dossier, et qui seule, rend compte de la quasi-totalité des informations dont nous disposons à ce jour : l'anatomie (taille, épaisseur, absence apparente de tête, couleur rouge...), l'habitat, le mode de progression, l'écologie, etc.

Une expédition tchèque effectuée au cours de l'été 1996 par deux amis d'Ivan Mackerle, Naplava et Horky, a recueilli de nouveaux rapports, y compris venant de témoins oculaires ayant observé l'animal récemment. Un film sur cette expédition a été diffusé par la télévision tchèque.




(photo montage)


============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par MasH le Jeu 13 Mai - 23:16

il y a une émission de télé sur la chaine Sy Fy qui traite des animaux de légende comme ca des équipes suréquipés avec des experts cherchent ces soit disant bestioles..

En ce qui concerne le ver ils n'avaient rien trouvé d'autre qu'un coléoptère qui envoies une substance acide ... mais bon... Smile

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Jeu 13 Mai - 23:20

Sad ahhh

* ces bestioles me font penser aux films "trémors *

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par MasH le Jeu 13 Mai - 23:26

oui le graboïde Smile

============================================
avatar
MasH
Chef
Chef

Nombre de messages : 8208
Age : 48
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Jeu 13 Mai - 23:30

ah je savais pas le nom , faut dire que trémors n'est pas très spectaculaire voir meme un peu navet

============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Mick le Ven 14 Mai - 0:09

Des animaux qui existent bien ..... Wink









A voir d'autres..... Very Happy

Par ici la visite


La réalité dépasse la fiction parfois...
avatar
Mick
Expert-Pipelette
Expert-Pipelette

Nombre de messages : 1253
Age : 54
Humeur : Incertaine
Date d'inscription : 21/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par mini le Ven 14 Mai - 0:18

Smile t'as aussi lui qui est impressionnant




============================================
On ne subit pas l'avenir, on le fait. (Georges Bernanos)


avatar
mini
Technicienne
Technicienne

Nombre de messages : 5654
Age : 40
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Mick le Ven 14 Mai - 1:28

A savoir que dans les grandes profondeurs marine un tas d'espèces n'ont encore pas été découvertes...... Wink
avatar
Mick
Expert-Pipelette
Expert-Pipelette

Nombre de messages : 1253
Age : 54
Humeur : Incertaine
Date d'inscription : 21/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Animaux légendaires. (Yéti, Bigfoot, Chupaccabra, Etc...)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum